Chargement...
Blog
06
2019

Nouveau canyon

Par admin 0

“Un nouveau canyon? l’exploration nous le dira!”

Aujourd’hui c’est le grand jour, après différents repérages à travers les ronces et plusieurs centaines de mètres de dénivelé, le feu précieux est intacte, cette flamme qui brule la flemme et vous fait prendre les vents ascendants vers votre objectif; trouver du nouveau.

Alors, accompagné de Seb, on rajoute quelques bûches, souffle sur les braises et on s’envole avec la sensation d’être cloué au sol en raison de nos sac surchargé de matos.

Il nous faudra 1h45 pour sortir de la forêt et arriver au point culminant de notre aventure. Il fait beau, meme chaud et si on ne sait pas encore ce qui nous attend, nous sommes heureux de partir explorer un nouveau canyon, sans même avoir pris l’avion, traversé les jungles ou brulé du kérosène pour des repérages en hélicoptère.

1200m, c’est environ l’altitude de départ, devant nous un ravin conique et une arrivée certaine vers 900m. Accrochés à un arbre, on débute l’exploration par une première descente en rappel d’une trentaine de mètres a travers les arbustes et les pelouses sèches, ça aurait du être le seul ancrage sur arbre de la descente, pour la suite on se faufile dans le lit du mini actif, la roche c’est du granit bien dur qui va rendre la tâche difficile au perforateur pour installer des goujons de 8mm de diamètre et 55 mm de profondeur.

Les longueurs jamais très hautes s’enchainent, la roche est tellement dure que l’on pose qu’un seul point pour les rappels. C’est beau, surtout la vue mais ce n’est pas transcendant non plus. Au gré de nos discussion, nous imaginons ce parcours pour l’initiation à l’équipement, un canyon école, presque sec et au soleil.

Les “accus” cèdent les un après les autres jusqu’à arriver en haut d’une cascade de 10m, qui semble être évitable sur la gauche. “Ça passe” me dit Seb, nous voila à faire les sangliers pour économiser quelques trous à notre perforateur.

La descente continue, un obstacle de plus et on arrive sur un obstacle majeur. Sous nos pieds une première longueur d’une quinzaine de mètres, à la vue de la configuration, on installe deux points en départ de rappel, ca prend du temps et le perfo est presque en surchauffe. Arrivé à un pallier intermédiaire, je perce à nouveau pour installer un relais, le premier trou est pratiquement achevé, mais le perfo vient de rendre l’âme!! J’installe le point pour me mettre en attente et laisser Seb installer une solution de réchappe sur un arbre après un joli pendule… Encore une longueur de 20m et nous sommes tirés d’affaire avec le sentiment d’avoir ouvert un nouveau canyon.

En conclusion

Après deux années de prospection;

250 m de dénivelé, 12 goujons installés et une bonne dose de rigolade.

Ce canyon n’est pas finis d’être équipé et c’est jamais évident de partager une découverte sans avoir les gages d’un accès respectueux des riverains, des différentes zones de protections naturelles et d’autres éléments auxquelles nous n’aurions pas encore pensés.

C’est pourquoi je ne vous partagerai pas la situation de ce canyon, mais j’espère le faire très vite…

Un grand merci à Brigitte, Nini et bien sur Seb qui m’ont aidé dans cette exploration hyper-locale.

A bientôt

Thomas